Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

La Koinè, la langue commune. Au pluriel : Koinai.

S’il existe une ville en France qui tout au long de son histoire a vu ses langues se conjuguer au pluriel, c’est certainement Marseille. Multiples langages et donc multiples cultures.

Notre revue se veut le témoin de cette diversité singulière. Laissant traîner ses oreilles dans la ville, toujours à hauteur d’hommes, elle glane, ça et là, des témoignages. Ces paroles de marseillais sont retranscrites au plus près de l’authenticité du moment parlé, de leur musicalité propre, vivantes.

Marseille a commencé sa mue. Comment la ville et ses transformations modifient l’homme et ses habitudes ? Comment l’homme inscrit-il son récit individuel dans celui, collectif, de la ville ? Cette période de transition convoque dans l’écho de ses voix à la fois les ombres du passé, et l’esquisse de l’avenir.

Koinai recueille ces voix qui façonnent la ville.

Trois cent huit articles. Répartis en vingt-huit dossiers.

Sur la route

La navette erevano-marseillaise

Les liaisons franco-arméniennes

 Carte Erevan-Marseille - Graphisme : C. Coursaget

L’éclatement de l’URSS en 1992 a poussé les Arméniens sur les routes pour la troisième fois en moins d’un siècle. À la suite de ses grands-parents, exilés en France après le génocide puis renvoyés au pays après la deuxième guerre mondiale, Nouné, fatiguée des années de récession économique en Arménie fait elle aussi le voyage vers la France, en 1994. Retour aux sources, celles de son père en particulier, qui avait vu le jour à Marseille en 1934 avant de faire la navette dans l’autre sens en 1948, à bord d’un bateau le conduisant avec ses parents dans son pays inconnu. Récit.

Nouné est née en 1963 à Erévan. Elle a quitté définitivement son pays en 1994. Accompagnée de son mari, lui aussi arménien, et de son fils alors à peine âgé d’un mois, elle s’est tournée, comme l’avaient fait ses grands-parents un demi-siècle auparavant, vers Marseille. L’une des premières conséquences du déracinement fut l’interruption de sa carrière d’ingénieur en informatique. En effet, ne parlant pas le (...)

Femme aujourd'hui

Vision d’art… monie

Trentenaire

 vision d’art ... monie - visuel : JLopez.

« Oh la la, j’ai reçu une éducation, on va dire, classique dans une famille maghrébine, c’est-à-dire une éducation où la femme est différente de l’homme, où il fallait être pratiquant, une éducation qui à tout point de vue m’a révoltée dès mon adolescence. C’était l’éducation qu’on donnait aux femmes en France dans les années 40-50 : la femme à la cuisine, et caetera, et caetera, une image très simpliste. » Fathia Le Gouët, 34 ans, mariée, sans enfant, enseignante.

Koinai : Quelle est votre formation professionnelle ? J’ai suivi un cursus traditionnel, j’ai fait des études de lettres et voilà, je suis prof de français. Cette année j’étais au lycée Saint-Exupéry. Pour la rentrée j’ne sais pas encore, j’attends mon affectation. Comme je débute tout juste une carrière, pour l’instant je n’ai pas une grande expérience. J’fais un métier qui m’plaît et qui m’permet (...)

Serial photo

Les maillots jaunes - chapitre II

yellow … жоўты … amarillo … žuto … jaune … gelb … 노랑 … gul … giallo … жовтий … dzeltens … màu vàng … žlutý … geltonas … жолто … sárga … melyn … kollane … amarelo … κίτρινο … kuning … 黄色 … желтый … groc … жъл … i verdhë … 黄色 … geel … buí ………

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ?   |   Mentions légales   |   Appel à contribution Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique