koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

La Koinè, la langue commune. Au pluriel : Koinai.

S’il existe une ville en France qui tout au long de son histoire a vu ses langues se conjuguer au pluriel, c’est certainement Marseille. Multiples langages et donc multiples cultures.

Notre revue se veut le témoin de cette diversité singulière. Laissant traîner ses oreilles dans la ville, toujours à hauteur d’hommes, elle glane, ça et là, des témoignages. Ces paroles de marseillais sont retranscrites au plus près de l’authenticité du moment parlé, de leur musicalité propre, vivantes.

Marseille a commencé sa mue. Comment la ville et ses transformations modifient l’homme et ses habitudes ? Comment l’homme inscrit-il son récit individuel dans celui, collectif, de la ville ? Cette période de transition convoque dans l’écho de ses voix à la fois les ombres du passé, et l’esquisse de l’avenir.

Koinai recueille ces voix qui façonnent la ville.

Trois cent huit articles. Répartis en vingt-huit dossiers.

Au hasard des rues

S’il te plaît, définis-moi un mouton…

Les petits Roberts fêtent les mots : pari gagné, le dico à la première !

 Pari gagné !

Invitée à La Faites des Mots, Laurence Laporte, directrice éditoriale, rédactrice, et co-auteur de dictionnaires pour enfants aux éditions Le Robert s’est prêtée au débat « Des mots des petits aux mots des grands » : « C’est la faute à Voltaire nous a contactés au service du livre et ils nous ont tout de suite donné l’envie de venir. » D’une définition à l’autre, formule et promenade par mots et merveilles.

Koinai : Un dictionnaire peut-il susciter le plaisir des mots ? Oui, bien sûr. Alors là, s’il y a un livre qui peut susciter le plaisir des mots, c’est bien celui-là ! Et effectivement, quand j’étais petite, j’aimais beaucoup me promener dans le dictionnaire : partir d’un mot que je connaissais qui me renvoyait à un autre, qui me renvoyait à un autre et faire ainsi une promenade, puis finalement - (...)

Au hasard des rues

" Sur le bout de la langue : la relève est là ! "

La vie des mots

 

Conviée à La Faites des Mots pour animer le débat « Des mots d’une langue à l’autre », la lexicologue Henriette Walter, éminente linguiste, a aussitôt répondu présente : « Je suis pour, parce que ça permet de mêler des gens différents et de donner envie à des enfants, à des gens qui ont pas l’habitude de travailler sur les langues de faire travailler leurs méninges sur des mots, voilà. » Entretien in situ avec une passionnée de la vie du langage.

Koinai : Pouvez-vous évoquer les apports d’une langue à l’autre, au fil du temps ? Oui, d’ailleurs ça va être le sujet du débat : les emprunts du français aux autres langues et des autres langues à la langue française. Quand on pense au français, on peut dire qu’il y a eu de gros paquets, disons, hein. Si on remonte le temps, y’a eu d’abord l’apport germanique. On a eu les Francs qui sont arrivés, qui (...)

Le prix de la liberté

Après l’angoisse, le soulagement... (4)

Mais il me semble reconnaître une chevelure blanche qui m’est familière. Je reste figée et je dis à ma mère : “Non ! Non ! Ne me dis pas que c’est lui ! Il n’est pas là !” Pourtant, de mes yeux, je le vois, je le reconnais, mais je n’arrive pas vraiment à y croire...

...Le lendemain, tout le monde essaie de me remonter le moral, mais après une nuit, ça va beaucoup mieux. Je me suis mis en tête que j’ai déjà l’avantage de savoir combien j’ai pris et que je sais ce qu’il me reste à faire. Car après tout, un mois passé à l’intérieur, je sais que je suis capable d’en faire huit. Ce n’est pas pour moi que je m’en fais, mais c’est surtout pour mes parents que j’ai mal. Et ça (...)
Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ?   |   Mentions légales   |   Appel à contribution Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique