koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

La Koinè, la langue commune. Au pluriel : Koinai.

S’il existe une ville en France qui tout au long de son histoire a vu ses langues se conjuguer au pluriel, c’est certainement Marseille. Multiples langages et donc multiples cultures.

Notre revue se veut le témoin de cette diversité singulière. Laissant traîner ses oreilles dans la ville, toujours à hauteur d’hommes, elle glane, ça et là, des témoignages. Ces paroles de marseillais sont retranscrites au plus près de l’authenticité du moment parlé, de leur musicalité propre, vivantes.

Marseille a commencé sa mue. Comment la ville et ses transformations modifient l’homme et ses habitudes ? Comment l’homme inscrit-il son récit individuel dans celui, collectif, de la ville ? Cette période de transition convoque dans l’écho de ses voix à la fois les ombres du passé, et l’esquisse de l’avenir.

Koinai recueille ces voix qui façonnent la ville.

Trois cent huit articles. Répartis en vingt-huit dossiers.

Niger, 1974 : ce qui n'a pas été dit

L’assassinat de la Présidente

L’assassinat de la Présidente : première partie

Quinze avril 1974, quinze avril 2007 : trente-trois ans déjà ! La douleur est toujours aussi forte. J’éprouve la même peine à revenir sur les atroces évènements qui nous ont marqués à jamais, mes frères, ma sœur, et le reste de notre grande famille. D’aucuns diront pourquoi maintenant ? Je répondrai simplement que le temps atténue les blessures, mais ne change rien au terrible souvenir qui m’assaille (...)

Femme aujourd'hui

On leur a donné le dernier mot... ça continue !

II- Confidences de femmes

On attendait avec impatience d’autres réponses venant de ces femmes surprenantes. Ne voulant pas rester sur notre faim, elles continuent de nous livrer des confidences sur d’autres points, tout aussi révélateurs... À vous de juger et d’en tirer bon parti. Mais surtout régalez-vous...

Je regrette de... Que nous livrent ces femmes à propos de leurs remords ? Bien souvent, elles regrettent un plan de carrière qu’elles pensent ne pas pouvoir atteindre pour des raisons d’études inachevées. Allons, il n’est jamais trop tard ! Pourquoi vouloir nous cacher leurs regrets, par peur d’être jugées ? Avec ou sans regret, il est toujours bon de faire le point pour avancer (n’est-ce pas (...)

Femme aujourd'hui

L’argent de mon assurance

Être son propre patron

 L’argent de mon assurance

« Sentie femme ? Ah bon ! Bè… depuis que j’ai vu mes enfants grandir. Voilà, les enfants oui, c’est une responsabilité, hein ! Et je sais pas si… après ils sont reconnaissants. Je sais pas. Moi je trouve plus de douceur si c’est une fille… un garçon… heu… C’est surtout le garçon, je trouve beaucoup plus doux que la fille. » Chantal, 53 ans.

Koinai : Quel genre de femme êtes-vous ? Quel genre de femme ? Je suis une battante, hè. Oh ! j’adore travailler. Malheureusement, à la suite d’une agression donc, je suis sur le fauteuil roulant, mais si jamais j’ai de l’argent - parce que j’attends de l’argent de mon assurance - eh bè, je vous jure que je créerai un commerce. Je ferai une création de quelque chose. Ça c’est sûr, hè ! C’est une (...)
Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ?   |   Mentions légales   |   Appel à contribution Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique