Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain
sites/koinai/IMG/jpg/FC-rails.jpg

Niger, 1974 : ce qui n'a pas été dit

L’assassinat de la Présidente

L’assassinat de la Présidente : première partie


55 votes
 

Quinze avril 1974, quinze avril 2007 : trente-trois ans déjà ! La douleur est toujours aussi forte. J’éprouve la même peine à revenir sur les atroces évènements qui nous ont marqués à jamais, mes frères, ma sœur, et le reste de notre grande famille.

D’aucuns diront pourquoi maintenant ? Je répondrai simplement que le temps atténue les blessures, mais ne change rien au terrible souvenir qui m’assaille périodiquement : comme une très grave blessure, cicatrisée en surface et qui continue à faire souffrir à chaque occasion : anniversaire, évocation de maman dans une discussion en famille, photos dans un album de famille…

Je tiens à préciser que ce témoignage est personnel et n’engage que moi. Les faits sont relatés tels que je les ai vécus en 1974.

Retrouvailles

Avril 1974 : j’étais étudiante en quatrième année de médecine à la faculté de médecine et de pharmacie d’Abidjan. A la veille des congés universitaires de Pâques, comme il le faisait souvent les week-ends, le Président Félix Houphouët Boigny me fait venir à sa résidence de Cocody pour un déjeuner en famille. Il faut préciser que le président me vouait une affection particulière du fait des relations notamment chaleureuses qu’il avait toujours entretenues avec mon père. Ces relations avaient débuté en politique, à la naissance du RDA et s’étaient transformées en amitié sincère.

Au cours du déjeuner, il me demanda si je souhaitais passer les vacances de Pâques à Niamey. Ma réponse à celui que j’appelais respectueusement "Tonton" fut positive. Comment pouvait-elle en être autrement quand s’offrait la belle perspective d’aller passer quelques jours auprès de mes parents ?

Toutes les dispositions ont donc été prises afin que je puisse partir dans l’après-midi du quatorze avril 1974. Voyageant seule à bord de l’avion privé, j’arrive à Niamey sans encombre, ce quatorze avril. Maman m’accueille personnellement, signe de sa joie de me revoir. Nous regagnons le palais à bord de la Mercedes 600 personnelle que venait de lui offrir le Président Kadhafi.

Il va sans dire que le bonheur des retrouvailles était immense. Nos discussions s’engagent aussitôt dans la voiture. Arrivée au palais, j’ai fait un petit coucou à papa qu’absorbaient quelques exercices de golf. Ce voyage était aussi motivé par un décès : une amie proche, étudiante en France, ayant perdu son frère à Niamey, maman la faisait venir de Paris le lendemain pour les cérémonies de deuil en famille. Maman était donc contente que je sois aux côtés de cette amie pour la soutenir dans l’épreuve. Au nom de notre amitié, elle n’a cessé de rendre visite quotidiennement à sa famille et m’y a amenée le soir de mon arrivée.

Au palais, j’ai dit à maman ma surprise de ne pas voir les armes qui habituellement garnissaient les grandes ouvertures donnant sur l’entrée principale. Au moment de leur mise en place, je me souviens que j’avais contesté d’une certaine manière leur installation au niveau des appartements privés. L’affaire ne relevant naturellement pas de ma compétence, nous en étions restés là. Puis, j’ai pris l’habitude de les voir en place sans jamais les apprécier. Sans plus rien à en dire non plus. Maman a tout de même objecté à ma remarque en disant que, de toute façon, je n’appréciais guère le Commandant Sani Souna Sido (alors chef d’état major adjoint) et qu’il n’y avait rien de surprenant à ce que je n’approuve pas davantage ses décisions. Je dois préciser que pour maman, Sani était plus qu’un homme de confiance. C’était pour ainsi dire un fils pour elle. Pensez donc : il détenait ses chéquiers, avait procuration pour effectuer en son nom diverses opérations bancaires, etc.

Je passe une bonne partie de la nuit à discuter de choses et d’autres avec maman, jusqu’aux environs de deux heures du matin, dans une ambiance d’heureuses retrouvailles. Dans leur chambre, mes frères et sœur devaient dormir depuis longtemps. Seul notre frère aîné, déjà père de famille, vivait hors du palais.

Vers vingt-deux heures, le commandant Sani arrive au palais. Il s’entretient un instant avec maman. Mon grand frère Abdoulaye nous rejoint vers vingt-trois heures et s’en retourne chez lui quelque temps après. Se justifiant d’une importante réunion pour le seize avril, papa se met au lit et demande à maman de poursuivre notre discussion dans ma chambre. Nous y sommes encore vers deux heures du matin. Constatant l’heure avancée, maman me propose d’aller me coucher. Je devais en effet aller à l’aéroport accueillir mon amie, le matin à l’arrivée de son vol en provenance de Paris.

Par surprise

J’ai juste eu le temps de me mettre en chemise de nuit lorsque les premiers crépitements se font entendre. Ma chambre donnant sur l’entrée principale, j’ai jeté un coup d’œil par la fenêtre. Et là, stupéfaite ! J’aperçois des blindés marchant sur le palais. Ils avaient vraisemblablement forcé le portail. Je sus plus tard que, le commandant Sani Souna préparant son coup depuis longtemps, avait pris la précaution de placer ses hommes pour faciliter l’ouverture du portail. Les évènements s’accélèrent bien vite. Une certaine confusion s’installe. Réveillés par ces bruits insolites, mes frères et quelques cousins qui habitaient avec nous se précipitent au salon que nous avions quitté quelque temps plus tôt ; papa et maman aussi. Maman n’avait pas eu le temps de se changer et portait encore sa tenue de ville. Papa prend le téléphone et constate que la ligne est coupée. Il tente de se rendre sur le balcon pour voir se qui se passe. Et là, maman et moi, nous l’en empêchons en lui disant ce qui est désormais une évidence : les militaires ont décidé de s’en prendre à lui et qu’un coup d’état était manifestement en cours. Dans la confusion, j’observe que ma petite sœur manquait. Je décide alors d’aller la chercher dans sa chambre, contiguë au salon. Je n’étais pas encore revenue au salon lorsque le bruit assourdissant d’une grenade qui explosait tout à côté s’est fait entendre. Il m’oblige alors à retourner sur mes pas pour mettre à l’abri, dans leur salle de bain, ma petite sœur et la cousine qui partageait sa chambre. Deux de nos cousins, Sani et Koireyga, surnommée "Visse", touchés par une rafale ou par les éclats de la grenade, succombent sur le champ. Mon petit frère Moussa est grièvement blessé au flanc gauche. Mon frère Moumouni et mon cousin Maoudé tentent de le relever. Moumouni crie : "Maman, maman, Moussa est blessé !" Elle sort précipitamment de sa chambre sans aucune arme, quand elle a entendu l’appel de Moumouni. C’est alors que, avant qu’elle n’ait pu rejoindre ses enfants, que le sergent Niandou la fauche d’une rafale de mitraillette et la transperce d’un coup de baïonnette.

Moumouni et Maoudé, seuls témoins du drame, couchent Moussa sur le lit de la chambre des parents. Il continuait à saigner énormément. Puis Moumouni revient vers maman qui, allongée sur la moquette, se vide de son sang et rend l’âme quarante-cinq minutes environ, plus tard. Elle est restée consciente jusqu’à la fin puisqu’elle a pu demander à mon frère Moumouni de lui donner des nouvelles de Sadjo, sa mère, de Toumba, sa sœur, d’Abdoulaye et de Hado. Moumouni lui répondit qu’ils étaient tous là car elle nous croyait tous morts.

Ensuite, elle demanda à Moumouni de prendre une bouteille d’eau dans le petit réfrigérateur de leur salle à manger. Enfin, elle lui demanda de lui laver les mains, de lui rincer la bouche, de lui passer de l’eau sur le visage et les bras, et de réciter quelques versets du Coran. Avec le recul, Moumouni comprit qu’elle voulait qu’il lui fasse ses ablutions. Elle rendit l’âme dans le bras de Moumouni.

Il est très important de mentionner qu’à aucun moment de cette tragique nuit, maman n’a porté une arme ; contrairement aux rumeurs diffusées par ceux qui se sentent obligés par leur conscience de justifier l’injustifiable en se prévalant d’une soi-disant légitime défense. Il s’agit bel et bien d’un assassinat prémédité et minutieusement préparé.

À l’irruption des militaires, papa qui n’a pas été autorisé à se changer, leur dit : "je suis le seul responsable politique. Ne faites pas de mal à ma famille." C’est le Lt Cyril Gabriel, ami intime de mon frère Abdoulaye qui dirigeait le commando venu attaquer les appartements privés. Il fit descendre papa. Il connaissait très bien les lieux pour s’y être souvent fourré avec mon frère. Triste ironie du sort, ce garçon qui avait été d’abord refusé à l’Ecole Militaire de Coëtquidan doit son acceptation finale grâce à l’intervention de papa, sous insistance d’Abdoulaye.

Le sergent Niandou, exécuteur de la sinistre besogne, tenaillé sans doute par les remords, nous a rapporté devant témoins, chez Abdoulaye, que Sani Souna Sido lui a donné l’ordre de tuer maman et de me tuer également. Toujours d’après ses dires, les militaires devant attaquer l’appartement privé "étaient drogués par leurs supérieurs." Il a dû contempler son œuvre pendant moins de deux ans, car il n’a pu survivre plus longtemps.

Si nous revenons aux alentours de vingt-deux heures, heure à laquelle Sani Souna Sido est venu voir maman, il avait déjà donné l’ordre de la tuer et venait voir si son satanique plan était bien en place. Mon arrivée d’Abidjan par vol spécial n’était pas prévu et pouvait avoir une incidence capable de gêner l’exécution de son programme. Comment a-t-il pu discuter paisiblement avec maman, sachant qu’il avait déjà commandité sa mort ? Lui seul détenait le secret de cette recette. Privé de liberté quinze mois après son coup, il disparaîtra dans des conditions énigmatiques trois ans plus tard.

Au petit jour, les militaires nous firent descendre, armes en main. En arrivant à la hauteur de la porte de la salle à manger des parents, j’aperçois un corps recouvert d’un drap blanc. Je m’y précipite et je vois Moussa.

Témoignage de Hado Ramatou DIORI HAMANI. Le 21/09/2007.

Réactions à ce recit

5 Messages de forum

  • L’assassinat de la Présidente 6 juin 2008 18:20, par Ivo

    Bonjour Madame ou Mademoiselle
    Je pense que ce temoignage si quelque de réellement vécu pourra apporter un plus à toute l’ Afrique entière.
    Je te reponds à propos de ce Soldat qui a été récruté sur insistance de ton père.
    Je peux dire que ton père a creusé sa propre tombe parce qu’un soldat récruté sur ordre et non compétence ne peut que continuellement faillir au devoir de loyauté.

    Encore toutes mes condoléances et que ta famille repose en paix !!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

    • L’assassinat de la Présidente 27 juin 2008 16:41, par Issa Ibrahim Da-Apharou

      Bonjour Monsieur Yvo !
      Grand merci pour vos condoléances.
      Aussi, recevez ce petit éclaircissement :
      Il ne s’agit pas, comme vous l’imaginez, d’un "recrutement de soldat".
      Au début des indépendances africaines, pour remédier au manque de cadres, il y a eu dans les jeunes pays, des coups de pouce aux étudiants pour intégrer les meilleures écoles françaises. Cela concernait tous les domaines : Sciences, Droit, Administration, armée. Monsieur Gabriel a bénéficié de cela.
      Un autre point à préciser : dans le texte, il s’agit d’insistance de la part du fils Abdoulaye auprès de son père, pour son copain. Après, il y a eu juste l’intervention du Président pour que ce monsieur suive une formation. Son diplôme, il a surement mérité ; mais en tout cas, sans l’intervention, encore moins l’insistance du Président Diori.
      Bonne lecture.

      Répondre à ce message

  • L’assassinat de la Présidente 30 juin 2008 19:01, par Adama Doukouré

    J’ai souvent parcouru ce témoignage et toujours avec la même émotion. Quant à la réaction de Monsieur Yvo, vous avez bien fait de précier que l’insistance n’émanait pas de Diori. Pour la bonne raison, qu’à l’époque il n’avait pas besoin d’insistance pour obtenir une inscription dans une école française.

    Répondre à ce message

  • L’assassinat de la Présidente 30 juin 2008 19:02

    L’assassinat de la Présidente
    27 juin 2008, par Issa Ibrahim Da-Apharou
    Bonjour Monsieur Yvo ! Grand merci pour vos condoléances. Aussi, recevez ce petit éclaircissement : Il ne s’agit pas, comme vous l’imaginez, d’un "recrutement de soldat". Au début des indépendances africaines, pour remédier au manque de cadres, il y a eu dans les jeunes pays, des coups de pouce aux étudiants pour intégrer les meilleures écoles françaises. Cela concernait tous les domaines : Sciences, Droit, Administration, armée. Monsieur Gabriel a bénéficié de cela. Un autre point à préciser : dans le texte, il s’agit d’insistance de la part du fils Abdoulaye auprès de son père, pour son copain. Après, il y a eu juste l’intervention du Président pour que ce monsieur suive une formation. Son diplôme, il a surement mérité ; mais en tout cas, sans l’intervention, encore moins l’insistance du Président Diori. Bonne lecture.
    Répondre à ce message

    Répondre à ce message

  • L’assassinat de la Présidente 30 juin 2008 19:03

    L’assassinat de la Présidente
    30 juin 2008, par Adama Doukouré
    J’ai souvent parcouru ce témoignage et toujours avec la même émotion. Quant à la réaction de Monsieur Yvo, vous avez bien fait de précier que l’insistance n’émanait pas de Diori. Pour la bonne raison, qu’à l’époque il n’avait pas besoin d’insistance pour obtenir une inscription dans une école française.
    Répondre à ce message

    Répondre à ce message

Réagir à ce recit

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain