Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

Le tramway autrefois

Si le réseau tramway qui déploie le tracé de ses trois lignes constitue une nouveauté pour les plus jeunes usagers des transports urbains marseillais, il s’inscrit dans la mémoire des anciens, depuis le début du siècle dernier jusqu’en 1960, année de la dernière suppression de ligne. Passagers et professionnels revisitent les rails d’un itinéraire passé sur fond de scènes de vie quotidienne : tours de roue.

Quatre articles.

On allait voir coucher les trams

 On allait voir coucher les trams

Aujourd’hui adepte du métro, Suzanne Muller fut autrefois une passagère régulière du tram qu’elle découvrit en arrivant à Marseille. Nous étions en 1942, elle avait 22 ans. L’adoption de ce moyen de locomotion étranger à Nîmes, sa ville natale, fut immédiat. C’était le progrès : "C’était bien..."auprès

Moi, j’ai connu beaucoup de gens qui ont travaillé là-dedans, à la rue Sénac. Mais ça, c’était les bureaux. On n’avait pas besoin de diplôme, oh non ! Tout le monde pouvait y entrer. Et ceux qui travaillaient au tram, c’était quelque chose ! Ils étaient respectés, ah oui ! J’en ai connus qui ont conduit le tram : Monsieur Charret est décédé, même les dames, je crois qu’elles sont décédées. Parce que les (...)

En 1925, le 41

 En 1925, le 41

Née en 1911, Marthe Payrons a connu Marseille au temps des voitures à chevaux. Elle se remémore un temps où l’on circulait en landau, un temps où le tram n’empruntait qu’une seule ligne, un temps où "Les gens étaient contents ainsi".

On achetait Le Petit Marseillais. Il y avait aussi Le Provençal. J’étais jeune, je lisais, bien sûr, mais les journaux m’intéressaient moins. Le soir, il y avait un autre journal : Le Radical. Mon père le prenait. C’était les dernières nouvelles. Il était boucher, il devait se ravitailler aux abattoirs. Autrefois, il fallait acheter une moitié de bœuf ou entier, de même pour les autres bêtes ! Nous (...)
Le tramway autrefois
  • Transport d’auteur

    La douce brise de la mer caresse les cheveux des femmes et fait frissonner leurs jupes. Les commères bavardent en cherchant le marche-pied ; et plus d'une continue de parler que personne (...)

  • Wattman

    J’espère qu’ils ne nous le cas­se­ront pas, qu’ils ne nous le raye­ront pas, mais je pense que ce sera beau : c’est un truc d’ave­nir, c’est un outil qu’ils n’auraient jamais dû (...)

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain