Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

Circulations

Depuis 2004, Marseille a décidé de recouvrer son tramway et de déployer le vaste projet Euroméditerranée. Les chantiers urbains induits et les nouveaux aménagements des voies de circulation s’inscrivent dans la vie quotidienne et professionnelle des habitants de la cité, ponctuant leurs déplacements. Rouler, se garer, livrer, transporter : les activités perturbées et l’entreprise décidée suscitent griefs et modes d’accomodat.

Onze articles.

Le vélo mise sur l’effet de chaîne

 Le vélo mise sur l’effet de chaîne

Michel Escoffier, Président du "Collectif Vélos en Ville" compte ses adhérents en vélos, soit quatre cents actuellement. Bicyclard de la première heure, il assure le relais entre les deux-roues et la mairie qui poursuit ses réflexions sur l’aménagement de pistes réservées. L’occasion de profiler les comportements du Marseillais en plein transport.

Koinai : Pourquoi, à l’instar de Strasbourg, Marseille ne s’est pas mise au vélo ? Michel Escoffier : Strasbourg a de tout temps eu une fréquentation de vélos importante, beaucoup plus importante que toutes les autres villes de France : ils représentent entre onze et quinze pour cent des déplacements, ce qui rejoint les taux qu’on observe en Hollande ou en Allemagne-Rhénane. Pourquoi Marseille a (...)

À la bonne heure l’horo !

 À la bonne heure l’horo !

Sous l’enseigne Brico Plus, Jean-Michel et Monique Curto tiennent commerce rue Grande, à l’angle de la rue de la République. Ils fournissent les clients en matériel pour travaux légers et lourds. Depuis l’ouverture du chantier Euroméditerranée, ils voient fondre leur plateforme de réception : la chaussée est occupée par les ouvriers, les trottoirs sont rendus inaccessibles aux véhicules. Charger ou décharger devient impossible. Avec cela, l’espace disponible est amendé, les horodateurs, cette fois, sont devenus payants. Vous avez dit...

... Horodateurs ? - Je suis plutôt pour, mais plus tard, quand tout sera en ordre. À l’heure actuelle, avec tous les chantiers qu’il y a en ville, je suis contre. Voilà. Les clients se mettent deux minutes, cinq minutes là, mais s’ils veulent faire une heure, ils sont cuits, ils sortent avec 35 euros de procès, donc c’est pas valable. Je suis pour les horodateurs, ça donne à chacun l’occasion de (...)

Quatre voitures dans mon garage

 

"J’habitais à la Joliette, à l’époque où la vie était belle sans les travaux ni le stationnement payant. Ensuite, j’ai déménagé pour le Vieux-Port. Là, hors de question pour moi de garder une voiture, je m’en suis séparée. AutoPartage a été un super bon compromis parce que je travaille à la maison, mais je suis amenée à rencontrer des clients en ville ou aux alentours. Quand je n’ai pas de temps à perdre dans les transports en commun, j’y ai recours pour utiliser une voiture deux heures, trois heures, la journée..." Emmanuelle Atteïa.

Koinaï : Le problème de parking se posait-il quand vous étiez à la Joliette ? C’était un petit peu plus serein qu’aujourd’hui, c’est vrai. Le problème de parking s’est posé au Vieux-Port plutôt qu’à la Joliette. En pesant le pour et le contre, en voyant que je bossais à la maison, que mes clients étaient essentiellement au centre-ville et que finalement la voiture était plus un fardeau qu’autre chose, pour (...)
À lire aussi dans la rubrique « Circulations »
  • Cogitations d’un quidam sur le discours Tram

    Et, pour la question des horodateurs qui ont poussé dans le bitume et poursuivent leur comptine de neuf à dix-huit heures, la mairie s’en défera sûrement !... _« Du fait de l’abolition des contraventions, le responsable (...)

Circulations
  • La voiture à tout prix

    Les gens pren­nent la voi­ture par choix ; pour eux c’est plus pra­ti­que parce que ça va plus vite que de chan­ger trois fois de trans­port en com­mun. C’est pas parce qu’ils vont met­tre des horo­da­teurs (...)

  • La montagne dans le rétro

    J’ai fait dix ans à Paris, j’ai passé mon per­mis à la RATP. Maintenant, avec le sys­tème de l’Europe, ils n’ont plus le droit de faire ça. Ils ont le droit que de faire une for­ma­tion sur le (...)

  • Passage en force

    On nous tolère la voie de bus, et encore, sur dix flics y en a neuf qui vont nous lais­ser pas­ser, le dixième qui va nous rui­ner. Nous, c’est du trans­port en consul­ta­tion, kiné­sie... Les vrais urgen­ces c’est les (...)

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain