Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain

Brèves de trottoir

Transport lourd

Marc Siempi, 55 ans, est gérant pour le transport des décors de théâtre du Ballet National de Marseille. Il est dans la profession depuis une trentaine d’années. L’entreprise compte dix-sept employés. Son véhicule est un 38 tonnes. Au total, l’équipe en compte une quinzaine, des 90 m3.


1 vote
Transport lourd
 Transport lourd

Koinai : Quels sont les problèmes rencontrés sur le centre-ville ? C’est les travaux, les stationnements. Les priorités sont de ne pas perdre trop de temps, de ne pas accrocher les véhicules.

K : Pensez-vous que ce soit devenu plus dangereux avec les travaux pour le tram ? Pas spécialement, les travaux sont bien balisés.

K : J’imagine que pour le stationnement, ce n’est pas évident ? Ben, il faut que les emplacements soient réservés, trois, quatre jours avant.

K : Les automobilistes sont-ils patients ? Pas trop. Mais je me dispute rarement avec eux.

K : Et la Police ? La Police, elle fait son travail.

K : Pensez-vous qu’avec l’arrivée du tram, la circulation sera plus aisée ? Oui. Il y aura moins de voitures en centre-ville. Ce sera donc mieux. Dans les villes où il y a déjà le tramway, y’a moins de voitures, et ça circule bien !

K : Vous informez-vous régulièrement sur la circulation dans Marseille ? Non. Mais pour les travaux, y’en a au moins pour un an, non ? Minimum.

K : Quels sont les horaires autorisés par la Préfecture ? Ben, je crois que c’est uniquement le matin. Les livraisons. Maintenant pour les enlèvements comme ça, il faut des dérogations.

K : À qui demandez-vous ces dérogations ? Ben, à la Municipalité, hein ? Le service circulation. C’est eux qui mettent les panneaux pour interdire la circulation, comme là. Il faut prévenir au moins une semaine à l’avance.

K : Avez-vous eu des accidents dus au travaux ? Non.

k : La circulation était-elle plus fluide avant ? Non, je ne pense pas que ça se soit dégradé, sauf qu’il y de plus en plus de véhicules. Je crois que le problème est là, hein ? Il faudrait faire comme certaines villes en France ou en Italie où la circulation est interdite dans les centres-villes pour les voitures. Je crois qu’on sera obligé d’y venir, même si ça me fera pas plaisir.

K : Vous êtes sensible à l’écologie ? (Pause) Oui. Mais faut savoir ce qu’on veut, hein ? Il faut quand même travailler. Nos véhicules consomment du 35 litres au 100. On peut pas transporter ça avec des bicyclettes ou les triporteurs.

Propos recueillis le 02/02/06

Réactions à ce temoignage

13 Messages de forum

Réagir à ce temoignage

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain