Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain
sites/koinai/IMG/jpg/FC-rails.jpg

Inventaires

L’Asie gourmande

Bref inventaire subjectif

Jeudi 17 juin 2004 : sous la houlette de Julie, anthropologue en chef, six documentalistes de Koinai débarquent dans les grandes surfaces asiatiques du boulevard de Plombières. Leur but ? Vous donner une idée de la nourriture que vous pourrez y trouver, s’il vous prend l’envie d’y aller faire vos courses...


4 votes
L'Asie gourmande
 L’Asie gourmande

D’abord, Paris Store, dans le centre commercial Asiane III. Celui-ci ressemble à n’importe quel supermarché de Marseille ou d’ailleurs : vous y trouverez les mêmes produits de grande consommation. Mêmes produits, mêmes rayons. Mais en prime, vous découvrirez plein de produits typiquement asiatiques comme des articles de fête (encens, bougies, décorations, etc.), de la vaisselle et des ustensiles de cuisine ad hoc (paniers vapeur en bambou, en rotin ou en inox, bols, hachoirs, baguettes...) et de la nourriture asiatique en abondance, ainsi que des produits africains ou antillais.

Le deuxième magasin visité, Promo Asie, est, quant à lui, une épicerie asiatique de taille plus modeste, mais offre un choix très impressionnant, même s’il ne semble pas y avoir de surgelé ni de rayon frais.

Naturellement, les produits alimentaires asiatiques proposés sont globalement comparables. Ce qui frappe d’emblée, c’est l’omniprésence des sauces, généralement à base de soja fermenté (comme les sauces pour sushi et sashimi ou la sauce Hoi, pimentée) ou de poisson (notamment le nuoc mam, à base d’anchois ou une autre à base de poisson « tête de serpent »), sans oublier des sauces pour rouleaux de printemps ou pour huîtres, et même de la sauce graine africaine (à base de jus de palmier et d’épices).

On trouve beaucoup de produits en saumure ou au vinaigre, des aliments à base de farines de riz, de soja ou de manioc, d’épices ou de sésame, des jus de fruits exotiques et des alcools orientaux, des viandes et poissons séchés...

Nous avons fait quelques rencontres d’un autre type d’objets alimentaires non identifiés. En voici quelques-uns pour vous mettre en appétit : gâteaux de manioc ou de soja, aux haricots rouges ou à la noix de coco, feuilles de moutarde ou de tamarin, radicelles de lotus, santol, ma-kok (apparemment, ces deux derniers sont des fruits), boissons à base de chrysanthèmes, de dioscoreæ, de néflier, d’aloe vera, de graines de basilic, de sala, d’hibiscus, de rose ou de ginseng macéré, etc.

Enfin, n’oublions pas le saté, un condiment à base d’épices, de sésame, de crevettes et de cacahuètes entre autres ingrédients, et qui servira aussi bien à faire des barbecues, des soupes ou des sauces.

Les prix sont très abordables, puisque nombre d’articles coûtent moins d’un euro !

Si cet article vous laisse sur votre faim, c’est parce qu’on n’avait pas toute la matinée devant nous (il fallait bien qu’on mange nous aussi !) Mais il ne tient qu’à vous de découvrir plus avant les richesses de la gastronomie asiatique en y allant flâner à l’occasion. Bon appétit !

Réactions à ce article de synthese

12 Messages de forum

Réagir à ce article de synthese

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain