Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

koinai.net

La revue du témoignage urbain

koinai.net

La revue du témoignage urbain
sites/koinai/IMG/jpg/FC-rails.jpg

Femme aujourd'hui

Il faut être deux pour vivre

Claire est une buraliste âgée de 48 ans. Elle travaille aux côtés de son mari, ce qui ne l’empêche pas de s’investir dans son rôle de mère.


Ménage épicé
 Ménage épicé

K : Que représente pour vous la femme ?
Pour moi, être une femme c’est tout assumer à la fois : les enfants, les repas, le travail, et même rembourser un crédit avec son mari sur un appartement ou une voiture.

K : Pensez-vous qu’il y ait entre les deux sexes, des inégalités ?
Oui, bien sûr, il existe toujours des inégalités. D’abord dans le foyer, l’homme en rentrant à la maison n’a apparemment plus rien à faire, contrairement à la femme. Certes, l’homme moderne aide mais ce n’est pas le cas dans tous les couples et dans toutes les communautés. Puis, au niveau du salaire, les femmes sont toujours moins payées que les hommes. Enfin, c’est encore mal vu qu’une femme soit chef d’entreprise.

K : Les choses ont-elles changé depuis votre jeunesse ?
Les femmes ont toujours assumé : les maladies des enfants, le travail. Aujourd’hui les hommes changent les bébés, cuisinent... Pour participer à la vie de couple, du foyer, pour vivre il faut être deux, il faut travailler à deux. Finalement les plus jeunes aident leurs épouses dans des tâches ménagères qu’autrefois ils n’accomplissaient pas.

K : Quel rôle joue la femme dans la société ?
Il est très important parce que la femme évidemment a de nombreuses tâches très différentes aussi bien au niveau de l’emploi, de la famille et de la santé. Elle a un avis justement sur tout, elle peut se mettre à la place de l’homme. Les problèmes sont considérables, par rapport aux enfants, à leur scolarité. C’est pas évident et c’est vraiment la femme, finalement, qui a les cordons de la bourse et puis c’est elle, prioritairement, qui fait les achats et qui va établir le budget. Comment faire vivre une famille, nourrir ses enfants ? Elle les habille, les cultive, leur trouve des activités en dehors de l’école et les aide à construire leur avenir. Même dans la politique, elle a un rôle plus important que celui de l’homme.

K : Selon vous, est-il indispensable pour une femme d’avoir une vie de couple ?
Oui, c’est indispensable et fondamental. Elle éduque ses enfants, prépare leur avenir. Pour ça, il faut obligatoirement avoir l’image d’un père qui peut être un garde-fou avec plus de rigueur et de pragmatisme. Il oriente les enfants, leur apprend les obligations et les règles importantes. La mère reste la consolatrice, celle qui aide et qui écoute. Elle apporte aussi de la tendresse. Les enfants font partie d’un projet commun. Le couple est important pour eux. C’est l’homme qui impose les règles, la femme materne.

K : Pensez-vous que le couple a évolué ces dernières décennies ?
J’ai quarante-huit ans et je suis mariée depuis trente ans. Je ne me rends pas tellement compte de l’évolution. Pour ce qui est du divorce, les démarches deviennent plus faciles, les gens se séparent très vite, ils ne supportent plus que chaque être soit différent ; ils sont égoïstes, ils ne veulent pas vivre les mauvais moments ensemble, et n’acceptent de partager que les plaisirs quotidiens. Il faut accepter les différences sinon c’est impossible de former un couple. Le couple, c’est pouvoir surmonter à deux les difficultés et faire des projets aux côtés des enfants.

Que pensez-vous du regard des hommes ?
Difficile de parler du regard de l’homme. Il est ce qu’il a toujours été : porté sur l’apparence. Si c’est une jolie femme, il va la regarder, observer son physique et peut-être s’intéresser à sa personnalité, à ses idées mais en priorité il s’arrête sur son physique. Et ça peut ne pas durer longtemps, surtout lorsque la personne est très jolie et superficielle. Finalement, ça ne présentera aucun intérêt pour lui. Un homme aime bien les jolies femmes mais il veut également quelqu’un qui soit à l’écoute, qui ne soit pas uniquement tournée vers elle-même et sur sa beauté. Un homme qui regarde le physique pense surtout qu’il faut être extrêmement riche pour approcher une belle femme.

K : Que dire de la séduction ?
La séduction c’est un jeu quotidien, un jeu de la vie qui peut ne pas être primordial mais qui en fait partie. Elle est nécessaire sans pour autant s’obliger à se centrer sur soi, sur son ego. La femme doit être toujours présentable, agréable à regarder aussi bien pour son mari que pour les autres. Je crois que la séduction est une espèce de rigueur vis à vis de soi-même, pour se sentir bien dans toutes les situations, et être en harmonie avec les gens qu’on pourra rencontrer.

K : Que pensez-vous de l’infidélité ?
C’est quelque chose qui a toujours existé, parce que la vie est faite de tentations. Elle est préjudiciable à un couple. On la rencontre partout : les gens dialoguent facilement, créent des liens. Je suis commerçante et c’est vrai que je rencontre beaucoup de gens qui sont là, un peu flatteurs. Je pense que l’infidélité ne fonctionne pas avec un couple, en fait. Il y a toujours une remise en question du couple, mais elle pourrait être jugulée : il faut sortir de la routine, essayer, même si on n’en a pas les moyens, de faire un voyage, passer des moments ensemble, au cinéma, au théâtre. Pour dix euros par exemple, à la Friche de la Belle de Mai, on peut aller voir une pièce magnifique. Il faut faire beaucoup de choses à deux, c’est ainsi qu’on n’aura pas envie d’aller voir ailleurs.

Propos recueillis par Amina Hamadi, avril 2005.

Réactions à ce temoignage

2 Messages de forum

Réagir à ce temoignage

Creative Commons License La revue du témoignage urbain (http://www.koinai.net), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
La revue Koinai : qui et pourquoi ?   |   Koinai ? Plan du site
Site propulsé par accatone/resurgences
Tourisme Atlas
projet NetLab, politiques publiques, big data et sciences sociales
spacelike, une exploration visuelle du web de l'art contemporain